Pervers narcissique : les causes

La perversion narcissique est une cause bien connue d’abus et de souffrance. L’accent est souvent mis sur les victimes, qui sont en danger réel par ces individus, plutôt que sur les pervers eux-mêmes. « Présentation clinique » :

Les personnes qui souffrent de ce trouble de la personnalité narcissique trouvent une validation par l’oppression constante des autres. Bien qu’elles ne réalisent pas nécessairement l’ampleur de la souffrance qu’elles pourraient causer, elles sont pleinement conscientes de leurs actes, qui sont souvent prémédités. S’agit-il donc d’une condition réelle ou d’un simple trait de personnalité ?


C’est pour cela que psychologie-pervers-narcissique.fr vous propose son guide pervers narcissique : les causes ! Les causes de la perversion narcissique sont encore mal comprises, bien qu’elle concerne souvent des individus déjà atteints de troubles psychotraumatiques qui sont les plus souvent diagnostiqués comme tels. Ces personnes ont subi ou été témoins de violences dans leur passé, notamment dans leur vie familiale. Choisir une victime de violence est, pour eux, une façon de s’échapper, leur permettant d’effacer leur traumatisme et de renforcer leur propre confiance en soi.

Facteurs aggravants de la perversion narcissique

Un individu avec une mauvaise image de lui même ou en dépendance affective aura plus de risques de devenir pervers narcissique. Idem pour les individus qui ne conçoivent pas qu’elles puissent exister.

Facteurs de risque du narcissisme

De nos jours encore, le trouble de la personnalité narcissique reste peu connues. On pense que des comportements parentaux excessifs ou la négligence de proches peuvent en être partiellement responsables comme :

  • Un dédain parental des besoins ou des peurs exprimées durant l’enfance.
  • Un manque d’affection et de reconnaissance durant l’enfance.
  • Un abus émotif ou de la négligence durant l’enfance.
  • Une pression excessive ou des attentes démesurées envers un enfant.
  • De la manipulation de la part des parents.

On avance même l’hypothèse d’un dysfonctionnement neurobiologique ou génétique, information à prendre avec des pincettes.

Narcissisme : la peur de l’autre

Voici une description simple de son fonctionnement : Le narcissique ne fait pas vraiment confiance aux autres dans ses relations intimes. Parce que le narcissique ne fait pas confiance aux autres, il (Note : vous pourriez tout aussi bien changer le pronom « elle ») refuse de se mettre dans une position où il se sent vulnérable. Malgré l’apparence extérieure de grandeur et de supériorité, le narcissique vit en réalité dans un état d’anxiété et d’hypervigilance.

Pensez-y : Les gens ne peuvent pas toujours se sentir grandioses, même si les narcissiques essaient désespérément. Le narcissique craint que le fait de reconnaître une quelconque faiblesse ne permette à quelqu’un d’autre de profiter de lui ou de prendre le pouvoir sur lui. Pour maintenir la façade et écarter tout sentiment occasionnel de vulnérabilité ou de faiblesse, il apprend à surcompenser en agissant plus fort et plus puissant qu’il ne se sent. Là encore, la racine du désordre de la personnalité est toujours liée à la vulnérabilité. La partie de supériorité de l’organisation de la personnalité est secondaire ; l’aversion pour la vulnérabilité est primaire.

La perversion narcissique : une fausse solution à la vulnérabilité

Parce que la vulnérabilité est si centrale à la personnalité narcissique, mon intention initiale était de proposer que le fait de renommer la personnalité narcissique contribuerait à rendre ce trouble de la personnalité énigmatique et complexe moins déroutant pour le public. Si le trouble de la personnalité narcissique était rebaptisé de manière à refléter l’aversion pour la vulnérabilité, cela pourrait aider les hommes et les femmes de tous les jours à détecter ce type de personnalité chez les individus dans leur propre vie ; l’éducation pourrait contribuer à éviter aux gens une angoisse inutile dans leurs relations avec les personnes qui ont une personnalité narcissique.

Le nom qui, à mon avis, saisit le mieux les composantes centrales est « Vulnérabilité – Aversion à la vulnérabilité / Trouble de la personnalité de recherche de la supériorité ». Il est vrai que le terme est plein de jargon, mais il en va de même pour le « trouble du déficit de l’attention/hyperactivité ». Même si le nom contient du jargon de la psychologie pop, au moins il explique clairement au public ce qu’est le trouble. Qu’explique le terme « trouble de la personnalité narcissique » ? Très peu. Le public est-il censé se référer à un ancien mythe – un narcisse coincé dans un bassin de réflexion – pour lui donner un sens ?

Une personne narcissique n’est pas forcément un pervers narcissique

Mais mon intention a pris un tournant lorsque j’ai commencé à réfléchir sur un groupe particulier de narcissiques qui rompt avec l’orientation typique du narcissiste. Les gens disent parfois que les narcissiques ne vont pas en thérapie parce qu’ils ne veulent pas laisser un thérapeute regarder ou exposer leurs défauts. Il n’est pas vrai, cependant, que les narcissiques ne cherchent pas à suivre une thérapie. Beaucoup d’hommes et de femmes narcissiques le font. Pourquoi ? Parce que quelqu’un ou quelque chose dans leur vie a meurtri leur ego et érodé l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Quelqu’un ou quelque chose leur a fait sentir qu’ils n’étaient peut-être pas si bien que ça, ou qu’ils avaient peut-être besoin de quelqu’un pour les soutenir afin qu’ils puissent se sentir mieux dans leur peau. En bref, les narcissiques qui cherchent à suivre une thérapie ne sont pas de vrais narcissiques ou des narcissiques complets. Ces hommes et ces femmes ne répondent pas nécessairement aux critères requis pour un diagnostic de trouble de la personnalité narcissique, bien qu’ils puissent présenter plusieurs traits narcissiques clés.

Psychothérapie et pervers narcissique

Le fait est que pour demander de l’aide à un psychothérapeute, il faut une certaine volonté d’être vulnérable, et les vrais narcissiques ne pourraient donc pas suivre une thérapie parce qu’ils ne pourraient pas gérer l’anxiété, la tristesse et même la rage qui surviendraient s’ils exposaient leur vrai moi à un thérapeute. En d’autres termes, les vrais narcissiques n’ont aucun intérêt à l’introspection ou à l’amélioration de soi. Leur principe directeur : ne jamais, jamais baisser la garde.

Le fait que certaines personnes narcissiques cherchent à suivre une thérapie et d’autres non rappelle que tous les troubles existent sur un spectre, et que la plupart des personnes qui ont un comportement ou une personnalité désordonnée peuvent présenter plusieurs traits d’un trouble donné sans pour autant répondre à l’ensemble des critères.

Le narcissisme est complexe, mais il peut être mieux compris en lisant davantage à son sujet. Je conseille vivement à mes clients de lire sur la personnalité narcissique, mais les thérapeutes doivent continuer à lire aussi, afin d’assurer la meilleure compréhension possible du sujet. J’espère que les individus arriveront à mieux comprendre comment la supériorité affichée par les narcissiques est en fait un masque – une défense psychologique – qui cache la racine sous-jacente du problème : le narcissique ne peut tolérer d’être vulnérable.

Causes et facteurs de risque du trouble de la personnalité narcissique

La cause exacte n’est pas connue. Comme la plupart des troubles mentaux et de la personnalité, elle est probablement due à une combinaison complexe de facteurs, notamment

  • Les gènes
  • L’environnement, y compris les relations parents-enfants
  • Neurobiologie (le lien entre votre comportement et votre système nerveux)

Les personnes dont les parents les ont mis sur un piédestal et les ont couverts d’éloges sans fin peuvent être plus exposées au risque de NPD, selon une étude récente. Mais l’inverse est également vrai. Les enfants qui sont ignorés ou maltraités peuvent développer un NPD presque comme un instinct de survie. Ils peuvent sentir qu’ils doivent se débrouiller seuls, car personne d’autre ne le fera.

Le NPD se manifeste davantage chez les hommes que chez les femmes. Elle se manifeste généralement chez les adolescents ou les jeunes adultes. Gardez à l’esprit que les enfants – et en fait n’importe qui – peuvent agir de manière parfois narcissique. Cela ne veut pas dire qu’ils sont atteints de NPD ou qu’ils le développeront plus tard.