pervers narcissique : définition

On entend de plus en plus souvent parler des pervers narcissiques. Ce sont de charmants manipulateurs qui transforment souvent la vie de leur partenaire ou de leur famille en enfer. Alors, sommes-nous tous entourés de pervers narcissiques ?

Le terme a son origine dans la psychanalyse. Il a été inventé dans les années 1980 et a commencé à attirer l’attention au début du 21e siècle. Narcisse était un personnage mythique de l’Antiquité grecque, connu pour sa fierté et sa beauté. Il a connu sa mort en contemplant son propre reflet dans une piscine. Il est devenu tellement envoûté qu’il a fini par se noyer sans se rendre compte de ce qui se passait.

Les pervers narcissiques sont caractérisés par une image négative de soi. Ils mentent aux autres et les rabaissent afin d’augmenter leur propre estime de soi. Ils agissent comme s’ils étaient meilleurs que les autres, ont besoin d’être admirés et sont conscients de leurs capacités de manipulation, tout en ne ressentant aucune empathie en voyant les autres souffrir.

Qu’est-ce qu’un pervers narcissique ?

Le pervers narcissique est une personne travaillant 24 heures sur 24 sur ses stratégies de manipulation, en mode prédateur. Le pervers narcissique possède une intelligence stratégique très rationnelle. Il fait tout pour séduire et placer sous son emprise sa proie, pour exploiter et détruire les personnes qu’il rencontre et qu’il juge bon d’avoir dans son entourage.

Il détruit tout à fait consciemment car il n’utilise que son intelligence stratégique tout en ayant enfoui en lui son intelligence émotionnelle. Il calcule de manière très pragmatique les étapes qu’il franchit pour séduire et exploiter sa proie. Le pervers narcissique est une personne, selon les psychologues, dissociée. Son comportement est dû à une dissociation traumatique.

Le pervers narcissique est quelqu’un qui a effectivement vécu un traumatisme dans son enfance, et ce traumatisme l’a conduit, pour continuer à y survivre, à se dissocier de son corps. C’est donc quelqu’un qui travaille donc dans la négation totale de son corps, de ses sentiments, de ses émotions, de ses besoins fondamentaux, et qui nie aussi son esprit, sa pensée créatrice, cette pensée qui implique des conflits psychiques et des remises en question. Le pervers narcissique travaille mécaniquement sans empathie envers les autres et ne se remet jamais en question. Ce sont donc des personnes qui ont vécu un traumatisme dans leurs relations familiales avec des violences physiques et/ou verbales. Pour se protéger, le pervers narcissique se dissocie de ses “émotions”, celles qui lui permettent d’atteindre ses objectifs sans aucun remords.

La société actuelle “produit-elle” des pervers plus narcissiques ou sommes-nous plus capables de les identifier qu’auparavant ?

Voyez-vous aussi une rédemption chez les pervers narcissiques ?

Comment la victime peut-elle se protéger contre le pervers narcissique ?

Selon les spécialistes, notre société actuelle encourage ce type de profil. Dans notre société ultra-concurrentielle, nous voyons souvent l’intelligence rationnelle comme étant privilégiée, au service de l’économie, une économie où la concurrence est rude et qui induit un manque d’humanité de plus en plus présent dans notre société. Par exemple, tout ce qui est lié aux nouvelles technologies favorise cette intelligence rationnelle au détriment de la sensibilité et de l’empathie.

C’est une chose que nous voyons rarement, comme le montrent diverses statistiques. Les pervers narcissiques ont souvent plusieurs proies en même temps et, malheureusement, ils perdent très rarement leur pouvoir. Ils iront même jusqu’à séduire leur thérapeute pour affirmer leur pouvoir et être convaincus de leur réussite.

Tout d’abord, ne pas hésiter devant le pervers narcissique (insinuer le doute étant un de ses moyens privilégiés pour affaiblir les autres). Il faut, dès que cela est approprié et suffisamment visible, appeler au respect car il n’en a précisément aucun.

La victime doit lui montrer qu’elle n’est pas dupe des paradoxes qu’elle utilise. Les personnes visées ne doivent pas s’isoler. Les victimes doivent s’efforcer de retrouver la connaissance de leurs valeurs, de leurs compétences et de leur amour-propre. La victime doit également réaliser que le pervers narcissique n’est pas supérieur mais qu’il souffre, ce qui l’éloigne du pouvoir. Elle doit aussi savoir que la plus grande peur qu’il plane, celle de détruire son sens de l’existence, est en réalité impossible à réaliser.

Classification du pervers narcissique :

1 % de la population mondiale souffre de narcissisme et 16 % des cas cliniques sont des personnes chez qui une forme de narcissisme a été diagnostiquée, qui peut être : le narcissisme caché, le narcissisme sexuel, le narcissisme déclaré, le narcissisme circonstanciel ou le narcissisme passif-agressif.

Il n’existe pas de remède au trouble de la personnalité narcissique (TNP), la raison étant que le secteur des soins de santé manque actuellement d’expérience et de ressources. À l’heure actuelle, le traitement privilégié du NPD est la thérapie psychologique, allant des traitements psychodynamiques et cognitifs comportementaux individuels à la thérapie de groupe, familiale et conjugale.

Les narcissiques préfèrent inspirer la peur ou la haine plutôt que de subir le cauchemar d’être ignorés. Le NPD seul est rarement le déclencheur de la violence ; celle-ci tend à se manifester lorsqu’il coexiste avec un autre trouble de la personnalité, souvent des troubles histrioniques ou paranoïdes. Le NPD est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.

6 symptômes des pervers narcissiques

Les personnes narcissiques ont un optimisme irréaliste quant à leurs propres capacités, un fort besoin d’admiration, un manque d’empathie envers les autres et une propension à profiter des gens. Les narcissiques sexuels montrent certaines de ces mêmes tendances personnelles dans le domaine de la sexualité, notamment une vision exagérée de leurs propres prouesses sexuelles, un fort sentiment de droit à l’activité sexuelle, une empathie réduite pour les partenaires sexuels et une tendance à l’exploitation sexuelle. Mais ce n’est pas tout :

L’égocentrique

Le contrôleur / juge / sauveur dominant

Le collectionneur d’insignes de mérite / chercheur de piédestal

Le narcissique peut se positionner à la maison, au travail ou dans des situations sociales comme le “tout savoir”, “l’expert” ou “l’autorité”, marginalisant, corrigeant et invalidant constamment les points de vue des autres. Les je-sais-tout narcissiques sont également de fréquents amasseurs de conversations et des interrupteurs. Notamment, même lorsqu’ils ne critiquent ou ne corrigent pas votre point de vue, ils peuvent écouter brièvement et revenir ensuite à ce dont ils parlaient, comme si ce que vous disiez n’avait aucune importance. Vous n’existez que comme un outil pratique pour leur approvisionnement.

Le narcissique peut cibler et se positionner dans des relations personnelles ou professionnelles avec ceux qui lui permettent de dominer, juger, critiquer ou marginaliser régulièrement. Le narcissique se sent plein de lui-même en contrôlant et en subjuguant les autres. Une variante de ce type de domination sociale est le narcissique qui reçoit son approvisionnement en “sauvant” les autres, se proclamant ainsi “sauveur indispensable”.

Certains narcissiques choisissent délibérément des activités professionnelles où ils peuvent être régulièrement admirés et/ou craints. Dans ce cas, une des raisons majeures du choix du narcissique est simplement d’être “supérieur”, “important” et “spécial”, plutôt que de désirer sincèrement apporter une contribution pour le plus grand bien.

Le contrevenant / l’exploiteur

Le grand spectacle / exhibitionnisme

La contagion habituellement difficile / à la recherche de la négativité

Le narcissique peut régulièrement utiliser son charme, sa persuasion ou sa coercition pour faire pression sur les gens afin qu’ils lui donnent ce qu’ils veulent, même si c’est clairement unilatéral et déraisonnable. Certains aiment particulièrement manipuler les autres pour qu’ils abandonnent leurs limites. Ici, l’offre narcissique est basée sur le fait que d’autres personnes succombent à l’influence exploitatrice du narcissique, qu’ils considèrent comme “gagnante” et qui affirme leur ego. De nombreux narcissiques pathologiques ne se racontent pas, ils utilisent.

Certains narcissiques s’adonnent constamment à l’exhibitionnisme, à l’abaissement du nom, à la vantardise ou à l’humilité, dans l’espoir de recevoir des éloges, de la reconnaissance et l’attention des médias sociaux. Ils veulent délibérément que les autres soient jaloux de ce qu’ils ont, afin de se sentir mieux dans leur peau.

Certains narcissiques sont délibérément et constamment difficiles, peu coopératifs et/ou conflictuels, même lorsqu’il est clairement déraisonnable et inutile de l’être. Ici, l’offre narcissique est le pouvoir perçu qui provient du fait d’être redouté et détesté. Du point de vue toxique et déformé du narcissiste, il vaut mieux être une épine dans le pied des autres que de n’être personne.

Dans certains cas, bien que le narcissique puisse ne pas en être conscient, le fait de se rendre difficile confirme inconsciemment le dégoût de soi du narcissique, à savoir qu’il ne mérite pas d’être aimé et accepté, et qu’il n’a pas ce qu’il faut pour s’engager dans des relations positives et saines (blessure narcissique).

Trouver un psychologue pour guérir d’un pervers narcissique

Les psychologues spécialisés dans le narcissisme sur Bordeaux peuvent aider à résoudre les problèmes liés au fait d’être ou de connaître un narcissiste. En tant que conseillers en narcissisme, ils ont l’expérience nécessaire pour guider les clients dans la gestion de ce trouble. C’est pour cela que psychologie-pervers-narcissique.fr vous propose son guide psychologue pervers narcissique !

Comment déstabiliser un pervers narcissique ?

Le pervers narcissique, qu’il soit homme ou femme, cherche généralement à créer et à maintenir son emprise sur sa proie. Il limitera donc l’influence extérieure. Et il s’attellera à vous dénigrer pour vous faire douter de vous-même et ainsi pouvoir dicter votre conduite. Mais il y a des comportements qu’il redoute plus que tout car ils l’empêchent d’atteindre ses objectifs. Examinons-les ensemble. Ces pratiques peuvent éloigner les pervers narcissiques de vous assez rapidement ! Il est donc important de bien les intégrer.

1- Rendre la responsabilité de son accusation

C’est presque inévitable : à un moment ou à un autre, le manipulateur vous reprochera quelque chose que vous n’avez pas dit du tout ! Le PN est très fort à ce jeu. Il vous accuse de l’avoir traité d’incapable, d’idiot, de moche, etc. alors que vous avez simplement essayé de lui faire voir votre point de vue. Mais à votre avis, il s’en moque. Il veut avoir raison. Et surtout, il veut vous faire sentir que vous avez tort. Pour ce faire, il déformera vos paroles et prétendra que vous avez été méchant avec lui ! Il vous reprochera donc des termes qui n’ont jamais quitté votre bouche. Face à une telle approche, trop de gens ont tendance à tomber dans le piège de la justification et de l’explication : “ce n’est pas ce que j’ai dit”, “on ne se comprend pas”.

Au lieu de cela, on lui confie la responsabilité. Dites-lui que vos mots étaient différents (nous utilisons une phrase affirmative) et surtout ajoutez que sa perception lui appartient. C’est cette dernière qui est la plus importante. En réalité, vous ne pouvez pas changer sa perception, lui seul le peut. Et il veut vous faire croire que vous le décevez. Il veut que vous vous sentiez obligé de vous justifier, de défaire la mauvaise perception qu’il a de vous. Il joue la corde de la peur du jugement. Et vous réagissez à cela ! Faites-lui croire ce qu’il veut … vraiment … Arrêtez de vouloir le regarder dans les yeux. S’il veut être en colère contre vous, laissez-le tranquille avec sa colère. S’il a du temps à perdre à être en colère, votre temps est plus précieux que cela !

2- Entretenez votre réseau social

Le PN ne tolère pas que les gens ne pensent pas comme lui, puissent le contredire, puissent défaire l’emprise qu’il cherche à créer. Il n’apprécie donc pas que vous ayez une vie en dehors de lui. Aussi, veillez à entretenir et à alimenter votre réseau social. Voyez vos amis. Restez en contact avec des personnes positives et constructives. Faites appel à un psy, un coach, un mentor pour continuer à progresser et à vous développer. Continuez à vous confier à quelqu’un qui vous aide vraiment. De cette façon, l’emprise du PN ne pourra pas s’accroître et cette indépendance le dérangera, lui fera voir que vous n’êtes pas à sa merci !

Prenez le temps d’examiner l’environnement dans lequel vous évoluez. Si vous réalisez que de nombreuses personnes critiquent, se plaignent, ne sont pas heureuses, alors vous devrez peut-être identifier ce que vous recherchez en tant qu’entreprise. L’idée ici n’est pas de parier sur ce que vous ne voulez pas, mais plutôt sur ce que vous voulez vraiment. Faites fonctionner ce réseau. Alimentez-le. Il est précieux.

3- Révisez votre discours intérieur

La lacune que le PN utilise le plus est l’amplification de la négativité qui est déjà en vous. Oui, vous avez bien lu. Les ruminations qui durent, le discours interne négatif, les commentaires désobligeants que vous avez tendance à vous dire dans votre tête, c’est la vraie nourriture du PN. C’est pourquoi, au début de la relation, il vous faisait tant parler. Vous aviez l’impression qu’il vous écoutait. En fait, il identifiait les failles de votre carapace.

Cela implique donc que vous devez revoir votre façon de vous parler, ce que vous vous dites et ce que vous ne vous dites pas. Apprenez non seulement à avoir des moments de repos et de rajeunissement, mais aussi à vous accueillir avec douceur lorsque vous faites une erreur. Pratiquez la gratitude et la félicité au lieu de critiquer le mauvais temps, les politiciens et les mauvaises nouvelles. Nourrissez votre esprit avec des articles intéressants, des formations inspirantes et des discussions édifiantes.

Comment se comporter avec les pervers narcissiques :