Mère pervers narcissique

Vous sentez-vous piégé lorsque vous avez affaire à une mère narcissique ? C’est comme si votre esprit était bloqué et que vous ne saviez pas quoi faire ? C’est pour cela que psychologie-pervers-narcissique.fr vous propose son guide : mère pervers narcissique.

Allons droit au but. J’aimerais vous donner quelques conseils pratiques que vous pouvez mettre en pratique pour préserver votre intégrité personnelle, ainsi que votre santé mentale et votre bien-être émotionnel.

La première chose que vous devez retenir est que vous n’êtes pas victime des circonstances. Vous avez le pouvoir et le libre arbitre de mettre en route la prochaine étape des événements.

La deuxième chose que vous devez vous rappeler est que vous avez des options. Vous avez trois options parmi lesquelles vous pouvez choisir à tout moment pour préserver votre intégrité et votre tranquillité d’esprit. Vous êtes libre de choisir l’une des trois options que vous jugez appropriées. Voyons quelles sont ces options.

De la victime à l’autonomisation

Le fait d’avoir à souffrir et à endurer une mère narcissique conduit beaucoup de gens à jouer un rôle de victime. Pour sortir de cette situation avec succès, vous avez trois options à votre disposition :

  1. Modifier la situation
  2. Quitter la situation
  3. Accepter la situation

Voyons chacune des trois options et ses conséquences.

1 – Modifier la situation

Cela implique que vous avez le pouvoir de changer ce qui se passe ou du moins de négocier afin que vos besoins et vos souhaits soient satisfaits.

En général, la plupart des gens n’ont pas le pouvoir de changer la situation, soit à cause du conditionnement comportemental antérieur de la mère narcissique, soit parce qu’elle vit dans son espace personnel, sa maison.

Même si vous avez le pouvoir et la volonté d’essayer de changer la situation par des négociations qui deviendront superflues et inefficaces, non pas à cause de vous mais à cause de la mère narcissique. Les narcissiques ne réagissent pas bien à la négociation. C’est soit leur façon de faire. Il n’y a pas de juste milieu. De plus, ils ne reconnaissent pas la validité de vos besoins. Alors, vous voyez le tableau.

2 – Laissez la situation telle qu’elle est

Lorsque la mère narcissique commence à vous juger, à vous insulter ou même à vous menacer, il est alors temps de quitter la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Au début, la mère narcissique est habituée à ce que vous restiez et à ce que vous écoutiez ses divagations en silence ou à ce que vous commenciez à vous défendre. Soit vous l’écoutez en silence, soit vous vous défendez, elle gagne. Elle gagne parce qu’elle vous a attiré dans sa toile d’attention en vous aspirant et en vous contrôlant.

En écoutant en silence, vous renoncez à votre estime de soi et vous vous noyez dans le rôle de victime, vous laissez votre pouvoir personnel et spirituel se vider, vous glissez dans un vide intérieur de crainte.

Si vous vous défendez, vous risquez de perdre votre sang-froid, votre équilibre émotionnel et de n’arriver à rien. Dans les discussions, la mère narcissique ignore la raison, le consensus ou vos besoins. Elle recourra à tous les trucs qu’elle connaît pour vous pousser à bout et gagner son point.

Ainsi, si vous quittez la situation, c’est peut-être quelque chose de nouveau pour elle, qu’elle ne veut pas (elle perd votre attention) ou qu’elle ne sait pas comment gérer. En quittant la situation, vous ne prenez pas son manque de respect pour vous, ses projections et vous faites une déclaration sur vous-même : vous commencez à prendre soin de vous et vous ne laissez pas les autres vous maltraiter.

Lorsque vous commencez à prendre soin de vous, le respect personnel commence à se manifester. C’est le premier pas vers l’amour de soi, et le processus de guérison qui consiste à se reconnecter avec le noyau le plus intérieur de votre être, une sorte de guérison spirituelle.

En même temps, en quittant la situation, vous lui envoyez un autre message : ce que vous dites n’est pas si important pour moi, je ne vous fais plus allégeance, je suis libéré de votre sort, je ne prends plus cette merde. Tu dis cela sans paroles, juste en partant.

Tu peux et tu devrais partir, mais tu n’as pas à être impoli avec elle. Tu peux lui dire au revoir et lui dire que tu ne veux pas avoir ce genre de conversation avec elle. Vous pouvez même dire que vous êtes ouvert à la discussion lorsqu’elle se calme et qu’elle est disposée à être raisonnable. Dans ce cas, ne vous justifiez pas et quittez la situation.

Comme vous le répétez chaque fois qu’elle commence à vous insulter ou tente de vous maltraiter, elle commence à comprendre que certains de ses tours ne fonctionnent plus et que vous échappez à son “sort” (ce qui la mettra très mal à l’aise et la rendra encore plus furieuse, car elle a l’impression de perdre).

3 – Accepter la situation

Le sens de l’acceptation ici n’est pas la soumission. La soumission, c’est se sentir impuissant face à ce qui nous arrive. D’autre part, accepter la situation est un acte de volonté, venant de vous, qui vous donne du pouvoir par rapport à la réalité que vous avez vécue ou que vous vivez actuellement.

Dans chaque personne que j’ai rencontrée, maltraitée par une mère narcissique, il y a un petit enfant qui attend d’être aimé, qui croit secrètement qu’un jour peut-être elle changera, et surtout qu’elle commencera vraiment à vous aimer.

Sortir de ce “sort” est l’une des choses les plus difficiles à faire, car elle brise ce rêve d’enfance d’être aimé. Rien que l’idée envoie des ondes de choc aux fondations de ce que nous sommes. Pouvoir accepter de ne pas être aimé et de ne pas être aimé par cette personne, la Mère Narcissique, est très douloureux et en même temps très libérateur.

Passer par ce processus de deuil, de notre premier amour perdu, cela fait mal et c’est très dur, mais quand vous en sortez, vous remarquez que le lien psycho-spirituel n’existe plus. Vous commencez à accepter votre passé (plus de plaintes ni de regrets). L’acceptation de votre passé, aussi horrible soit-il, vous donne le pouvoir de vous aimer et de commencer à prendre la responsabilité de votre vie présente.

En acceptant que vous n’étiez pas aimé, vous commencez à réduire la nécessité de vous accrocher à chaque goutte d’amour qui vous est jetée dessus et vous commencez à faire la différence entre l’amour conditionnel et l’amour inconditionnel. Cela pourrait changer, pour le mieux, votre point de vue sur la façon dont vos relations amoureuses sont ou seront.

Lorsque vous acceptez le fait que vous n’avez pas été aimé, vous pouvez commencer à viser une relation amoureuse saine. Vous acceptez et vous savez ce qui ne fonctionne pas, et vous visez ce qui fonctionne.

Ce n’est qu’en brisant cet attachement, en le laissant derrière vous, que vous pouvez ouvrir votre cœur à de nouvelles relations amoureuses qui vous nourrissent, vous respectent, vous soignent et vous font vous sentir à nouveau entier.

Donc, en conclusion, pour pouvoir accepter la situation sans y tomber, il faut avoir fait son travail intérieur (cela fonctionne mieux si vous avez un psychothérapeute qualifié pour vous aider à guérir les blessures de la petite enfance de ne pas être aimé).

Le travail intérieur vous mènera à un point où vous serez immunisé contre la manipulation et les “sorts” de la Mère Narcissique, et en même temps, vous serez capable de maintenir votre équilibre émotionnel et votre compassion pour l’être perdu et mal aimé qu’elle est.

Cela signifie que cette troisième option n’est pas pour tout le monde. Ne tentez cette option que si vous êtes prêt, et non parce qu’il est à la mode dans les milieux New Age de simplement pardonner sans aborder tout le bagage émotionnel que vous portez inconsciemment en dessous.

Nouvelles règles d’engagement avec votre mère pervers narcissique :

Après avoir accepté le sort “Je n’étais pas aimé” et en être sorti, vous pouvez maintenant établir de nouvelles règles d’engagement avec elle.

Certaines étapes peuvent vous servir de lignes directrices :

Trouver votre espace personnel.

Installez-vous dans un endroit que vous avez choisi (et non pas physiquement près d’elle).

Si vous n’avez pas assez d’argent pour payer un loyer complet, vous pouvez peut-être partager une maison avec d’autres personnes ou des amis. Trouvez une option qui vous convienne.

Fixez vos propres règles de contact avec elle.

Pensez à ce qui vous met à l’aise, une fois par semaine, une fois par mois, une fois par an ou jamais. Pensez aussi à la durée du contact (combien de temps vous allez supporter) 5 min, 30 min, une heure. C’est à vous de décider (sans culpabilité, vous défendez vos besoins).

Vous n’avez pas besoin d’énoncer ces règles, vous pouvez simplement vous comporter selon elles, et la Mère Narcissique l’obtiendra au fil du temps, mais vous devez être cohérent.

Autre chose, ne vous sentez pas obligé de répondre à chaque contact ou question de sa part. Décidez vous-même de ce qui a un sens pour vous. La plupart du temps, lorsqu’elle vous contacte, c’est juste pour vous envoyer un autre “crochet” pour vous jeter dans une de ses spirales de confusion et de recherche d’attention.

Mettez en place des stratégies et des tactiques pour traiter avec elle lorsque vous êtes ensemble.

C’est un sujet long mais il existe des règles de base très efficaces lorsque vous parlez ou interagissez avec elle :

  • Restez calme, ancré, non émotionnel et conscient de protéger votre champ bioénergétique (certains aiment l’appeler aura). N’oubliez pas de respirer lentement pour vous calmer. Laissez votre présence être comme un lutteur de Sumo, inébranlable.
  • Mettez votre ego de côté – En mettant votre ego de côté, vous serez moins enclin à vous laisser insulter, insulter, étiqueter, etc. N’oubliez pas que personne ne peut vous offenser si vous n’accordez pas d’importance à ce qui est dit.
  • Tout ce que vous dites peut être et sera utilisé contre vous. Optez pour des entretiens impersonnels, ne divulguez jamais d’informations personnelles sur vous ou vos amis.
  • Elle a toujours raison. Lorsqu’on vous demande ce que vous pensez d’une opinion qu’elle vient d’exprimer, soyez toujours d’accord avec elle, même si vous n’êtes pas d’accord. Je sais que c’est difficile, surtout si vous avez une grande intégrité et que vous voulez être sincère et cohérent. Dans cette situation, vous devez décider si vous voulez entamer une discussion avec elle juste pour défendre votre position, ou si vous êtes d’accord avec elle pour éviter d’avoir une discussion houleuse qui drainerait votre bonne humeur et votre énergie. C’est toujours vous qui décidez.
  • Délai. Elle vous demandera de faire quelque chose pour elle. Si vous acceptez, elle aura le sentiment qu’elle vous contrôle toujours. En général, la tâche n’est pas si importante pour elle, ce qui est important, c’est que vous acceptiez de la faire. Si vous n’acceptez pas d’accomplir la tâche et que vous ne voulez pas entamer une nouvelle confrontation avec elle, utilisez la tactique du délai. Vous pouvez dire que vous devez vérifier votre disponibilité, votre calendrier, avec une autre personne, que vous devez y réfléchir avec plus de temps, que vous n’êtes pas encore parvenu à une conclusion, ou que vous ne savez pas et que vous reviendrez vers elle à une date ultérieure.
  • “Je ne fais pas ça”. Lorsqu’elle fait pression sur vous pour que vous fassiez quelque chose que vous ne voulez pas ou que vous divulguiez des informations sur vous ou sur d’autres personnes (dans son propre intérêt), vous devez vous en tenir à vos valeurs, défendre votre point de vue et dire NON !
  • Ne vous justifiez jamais – Se justifier auprès d’une mère narcissique signifie que vous êtes encore un enfant. Les adultes ne se justifient pas auprès des autres uniquement s’ils le décident, et non pas parce qu’ils y sont obligés ou contraints.
  • Le disque rayé – Lorsqu’elle insiste, et elle le fera, à plusieurs reprises pour voir si vous brisez et qu’elle maintient sa domination sur vous, vous pouvez recourir à la tactique du “disque rayé”. Vous répétez tout le temps ce que vous avez dit avant, par exemple : “J’ai dit que je ne fais pas ça”, sur un ton très calme. Vous continuez à répéter chaque fois qu’elle vous le demande à nouveau, jusqu’à ce qu’elle abandonne (elle ne sera pas contente de cela mais vous défendez votre libre arbitre).
  • Faire face à l’agressivité émotionnelle et à la colère – Certaines phrases sont assez efficaces et vous pouvez les utiliser pour vous protéger et désamorcer la situation. Elles le sont : “Je suis désolé que vous ressentiez cela” ; ou “Votre colère n’est pas de ma responsabilité”, ou “Je suppose que je dois accepter ce que vous ressentez”. En faisant cela, vous ne répondez pas à l’agression ou à la colère émotionnelle, mais vous affirmez que vous comprenez sa réaction émotionnelle sans l’accepter.
  • Gérer les projections et l’étiquetage – Quelques autres phrases que vous pouvez utiliser dans ces situations : “Je peux accepter votre perception erronée de moi”, ou “Je n’ai pas le droit de contrôler la façon dont vous me voyez”. En faisant cela, non seulement vous rejetez ses projections sur vous, sans vous défendre, mais en même temps vous prenez de la hauteur en exprimant une compréhension mature de sa situation.

Le chemin de la liberté – personnelle et spirituelle

Au début, vous pouvez encore vous sentir coupable lorsque vous utilisez ces attitudes, stratégies et approches, mais c’est normal, cela fait partie du processus, il suffit de l’accepter sans passer à l’acte. Cela finira par passer au fur et à mesure que vous deviendrez plus habile dans l’art d’être VOUS.

Lorsque vous prenez ce chemin pour retrouver la connexion perdue avec le noyau spirituel intérieur, vous commencez à changer. Ne vous imaginez pas que tout sera rose, qu’il y aura des échecs en cours de route, mais si vous persévérez et persistez, vous finirez par en récolter les fruits. Entraînez-vous autant que possible à suivre ces lignes directrices et soyez doux avec vous-même, sachant que la transformation prend du temps, des mois ou des années. N’abandonnez pas, continuez, et vous y arriverez.

Prenez également en compte le fait que vous ne perdez pas la face si vous demandez de l’aide ou si vous avez besoin de conseils d’un psychothérapeute.

Après un certain temps, cela deviendra une seconde nature et vous commencerez à retrouver votre confiance, votre estime de soi et votre présence, sans perdre votre équilibre émotionnel et énergétique.

Dans ce travail, la persévérance, l’endurance et la résilience vous permettront d’atteindre des sommets que vous n’aviez jamais rêvés auparavant et de vous reconnecter au véritable amour, ce qui changera toute votre vie pour le mieux.

8 façons toxiques pour les mères narcissiques d’abuser émotionnellement de leurs enfants

Ce que les parents toxiques ont tous en commun, c’est leur incapacité à offrir à leurs enfants un environnement sûr, nourrissant et aimant. S’ils sont narcissiquement abusifs, ils sont sans empathie et parfois même sans conscience. Ce type de comportement impitoyable a un impact néfaste sur notre développement précoce ainsi que sur la façon dont nous naviguons dans le monde à l’âge adulte.

Elle fait honte à ses enfants de façon chronique.

La honte est une tactique que la mère narcissique utilise pour s’assurer que ses enfants ne développent jamais un sentiment d’identité ou d’estime de soi stable – pour s’assurer qu’ils ne deviennent jamais assez indépendants en dehors de la recherche de sa validation ou de son approbation. Elle fait honte à ses enfants parce qu’ils ne réussissent pas assez bien sur le plan scolaire, social, professionnel et personnel. Elle leur fait honte pour leur choix de carrière, leur partenaire, leurs amis, leur mode de vie, leur façon de s’habiller, leur personnalité, leurs préférences – tous ces éléments et bien d’autres encore sont soumis à l’examen minutieux de la mère narcissique. Elle fait honte à ses enfants pour avoir agi avec un quelconque sens de l’agence, car cela menace son sentiment de contrôle et de pouvoir. Ce faisant, elle leur inculque le sentiment de ne jamais être assez bons, peu importe ce qu’ils accomplissent.

Elle établit des comparaisons préjudiciables entre ses enfants et leurs pairs.

Comme tout narcissique, la mère narcissique s’engage dans la “triangulation” – elle fabrique des triangles entre ses enfants et même entre leurs pairs. Elle compare ses enfants à leurs pairs de façon destructrice, leur apprenant qu’ils ne sont pas à la hauteur en termes d’apparence, de personnalité, de comportement obéissant et de réalisations. Elle oppose injustement deux ou plusieurs frères et sœurs, en leur demandant toujours : “Pourquoi ne peux-tu pas être plus comme ta sœur ou ton frère ? Elle suscite la compétition, le drame et le chaos. Elle peut faire d’un enfant un enfant en or (les adorant excessivement) tout en faisant de l’autre un bouc émissaire. Cette forme de dévalorisation peut laisser une empreinte douloureuse ; elle pousse ses enfants à se comparer aux autres pour évaluer leur propre valeur.

Elle traite ses enfants comme ses prolongements.

La mère narcissique fait de la micro-gestion et exerce un contrôle excessif sur la façon dont ses enfants agissent et se présentent au public. Ses enfants sont des objets et doivent être impeccables et polis à tout point de vue, de peur que leur réputation ou leur apparence ne “tache” la sienne. Bien qu’elle les critique et les traite avec mépris à huis clos, en public elle montre ses enfants comme s’ils étaient des biens précieux. Elle se vante que le petit Timmy a toujours des A et que sa chère Stacy est la plus jolie petite fille de la ville. Pourtant, derrière des portes closes, elle se jette sur Timmy en le réprimandant sur ce qu’il n’a pas encore accompli et en s’en prenant au poids de Stacy.

Elle est en compétition avec ses enfants, perturbe leur transition vers l’âge adulte et franchit les frontières sexuelles.

Il est fréquent que des mères narcissiques entrent en compétition avec leurs enfants, en particulier leurs propres filles. La mère narcissique est susceptible de surévaluer son apparence et ses prouesses sexuelles. Les narcissiques féminines font preuve d’une misogynie intériorisée et considèrent souvent les autres femmes comme des concurrentes. La fille est ainsi considérée avec fureur, jalousie et envie – sa propre progéniture est considérée comme une menace.

Une obsession de l’extérieur, au détriment des besoins de son enfant.

Pour la mère narcissique, les apparences sont primordiales. Elle peut se construire une fausse image de personne douce, aimante et charitable envers les autres tout en faisant des commérages sur les autres, en se livrant à des petites mondanités et en abusant de ses enfants sur le plan émotionnel, physique ou même sexuel. Elle jouit du statut social de mère sans faire le véritable travail maternel.

Elle se livre à d’horribles transgressions des limites.

À l’autre extrémité du spectre, la mère narcissique peut être tellement imbriquée avec ses enfants et dominatrice qu’elle se livre à un inceste émotionnel caché. Elle fait de ses enfants le centre du monde et les rend responsables de la satisfaction de ses besoins émotionnels.

Plutôt que d’assumer les responsabilités de figure d’autorité et de parent, elle “parentifie” ses propres enfants, les faisant se sentir obligés de répondre à ses désirs et attentes arbitraires. Elle viole les besoins fondamentaux de ses enfants en matière d’intimité et d’autonomie, en exigeant de connaître toutes les facettes de leur vie. Elle peut entrer dans leur chambre sans frapper, lire leur journal intime et les interroger constamment sur leurs amis ou leurs partenaires romantiques. Elle maintient ses enfants dans un état d’enfance perpétuelle en les punissant pour avoir grandi – que cela signifie déménager de la maison, se marier, avoir un rendez-vous ou prendre conscience de leur sexualité.

Devient furieuse face à toute menace perçue pour sa supériorité.

La mère narcissique n’est pas différente des autres narcissiques en ce sens qu’elle se sent en droit d’avoir ce qu’elle veut et subit un préjudice narcissique lorsque ce sentiment de supériorité est remis en question ou menacé de quelque manière que ce soit. En conséquence, ses émotions ont tendance à être des montagnes russes psychologiques du début à la fin. Depuis les soudains accès de rage lorsqu’on “n’obéit pas” à ses exigences jusqu’aux brusques crises d’amour qui surviennent lorsqu’elle a besoin de quelque chose de ses enfants, il y a peu de cohérence dans un ménage avec une mère narcissique. Ses enfants marchent sur des coquilles d’œuf tous les jours, de peur de rencontrer la rage et la punition de leur mère.

Elle invalide ses enfants sur le plan émotionnel, les culpabilise et les allume.

Les réactions d’un enfant à l’abus de sa mère narcissique sont souvent confrontées à l’invalidation, à la honte et à un nouvel éclairage au gaz. La mère narcissique manque d’empathie pour les sentiments de ses enfants et ne tient pas compte de leurs besoins fondamentaux. Une mère narcissique est encline à dire à ses enfants que l’abus n’a jamais eu lieu. Il est courant pour la mère narcissique de prétendre que son enfant est “trop sensible” ou réagit de manière excessive à des actes horribles de violence psychologique.

Les mères empathiques sont attentives au bien-être émotionnel de leurs enfants ; les mères narcissiques représentent une perversion de l’instinct maternel.